mardi 10 septembre 2013

Détroit, faits et chiffres / Detroit, facts and figures

Il y a deux jours, encore un reportage télé sur Détroit l'abandonnée. A croire que la télévision française serait prise d'une fascination autant morbide qu'auto-satisfaite? Quand il arrive aux Américains quelque chose que nous avons déjà vécu, la satisfaction n'est pas loin. Cette vengeance de pauvres est assez misérable. Pour rectifier il convient de rappeler quelques faits récents.
Si la faillite de la ville signe un échec, elle est aussi une chance: celle de tout remettre à plat et de reconstruire sur des bases saines. A la lecture de nombreuses sources d'information, il semblerait que cette hypothèse soit juste. Le terreau humain est vivant, la population qui a su se maintenir voit ses initiatives reconnues, tout le monde se bat. Cela est primordial et l'histoire nous l'enseigne. Le renouveau de Détroit sera une réussite collective.
Au niveau économique ensuite. Les grands constructeurs automobiles (Ford, Chrysler et General Motors) sont sortis du rouge. Les échanges avec le Canada, juste en face de la ville et premier partenaire commercial des Etats Unis s'intensifient. Plus encore, la ville présente de forts atouts: des centres hospitaliers et universitaires importants, des équipes sportives historiques, un centre de congrès actif. Et enfin Détroit attire: artistes et créatifs profitent des faibles loyers, des industries de technologie de pointe émergent, la valeur économique des expériences sociales et d'agriculture urbaine sont reconnues, de grandes entreprises s'y installent et investissent - à commencer par Quicken Loans, le plus grand groupe de prêts hypothécaires en ligne des Etats-Unis. On crée des emplois à Détroit.
Enfin, un projet politique se met en place, qui s'appuie sur la reconquête urbaine appuyée sur l'activité sociale et économique. Le nouveau schéma directeur "Détroit Future City" a été publié en décembre dernier. Les initiatives publiques sont relayées et épaulées par un secteur privé actif et volontaire. Dan Gilbert  dans le downtown, Mike Ilitch dans le Theater District, tous ont décidé que la ville renaitra et s'y emploient. Les investissements annoncés sont considérables.
Vous me direz à juste titre que je décrit là des outils de développement assez classiques dont on connait les limites. Mais à la différence de temps pas si anciens, revenir en arrière ne sera pas possible. Les gens de Détroit on développé un sens de la débrouille, de l'ingéniosité, de l'invention hors des cadres habituels. Ce Do it Yourself dont on dit que Détroit en est la capitale constitue un élément effectif d'une autre économie davantage locale et communautaire. Cela est aussi un autre levier d'attractivité. Il semblerait d'ailleurs que le discours commence à changer, et passe de la "ville ghetto" à un "nouveau Berlin". On n'est en pas là, mais cela suffit pour être certain que la ville vit un tournant et qu'il est au moins intéressant de l'observer.

Reprise en graff de la sculpture de l'Esprit de Détroit /  The spirit of Detroit, even in graf, takes care of the city





Two days ago, another TV report on Detroit, the abandoned city. Do we believe that the French television is in a fascination also morbid that self-satisfied? When it comes to Americans something that we have already experienced, the satisfaction is not far. The revenge of the poor is alway pretty miserable.  Here is some recent developments to correct these platitudes.
If the bankruptcy of the city sign a failure, it is also an opportunity: that of a thorough overhaul and a rebuilding on strong basis . After reading many sources of information, it appears that this hypothesis is correct. The human terrain is alive, the population which has been able to maintain is recognized in its initiatives, everyone fights. This is essential and history teaches that. The revival of Detroit will be a collective success.
At the economic level then. The Big Three are out of the red. Trade with Canada, just across the city and most important trading partner of the United States is intense. Moreover, the city has strong advantages: large hospital and university centers, historic sports teams, an active convention center. And finally Detroit draws: artists and creatives take advantage of the low rents, high technology industries emerge, the economic value of social experiences and urban agriculture is recognized, large companies settled there and invest - starting with Quicken Loans, the largest group of online mortgages in the United States. Jobs are created in Detroit .
Finally, a political project is set up, based on an urban revitalization supported by the social and economic activity. The new framework "Detroit Future City" has been published last December. Public initiatives are taken up and supported by an active and voluntary private sector. Dan Gilbert in downtown, Mike Ilitch in the Theater District, all agreed that the city will reborn and they are working for this purpose. Investments are considerable.
You will say rightly that I describe standard development tools, whose limits are known. Going rightly back is not possible. The people of Detroit have developed a sense of resourcefulness, ingenuity, invention outside the usual framework. This Do it Yourself (some says Detroit is the DIY's capital) is an effective element of another more local and community economy, perhaps a new way to understand what can be development for modern societies.  This is also another lever of attractiveness. It also seems that the discourse begins to change, from "ghetto city" to "new Berlin". It is not there, but enough to make sure the city lives a turning point and this is interesting to look at, at least.


Vu sur Woodward Avenue / Storefront in Woodward

sources:
http://economieamericaine.blog.lemonde.fr/2013/08/20/les-ressorts-dune-renaissance-de-detroit/
http://www.businessinsider.com/things-going-right-for-detroit-2013-6?op=1
http://www.economist.com/blogs/schumpeter/2013/09/civic-crowdfunding
http://www.csmonitor.com/World/Making-a-difference/Change-Agent/2013/0909/Detroit-bankrupt-Six-ways-the-Motor-City-is-thriving

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire