dimanche 22 juin 2014

Londres, deux surgissements d'espace au Victoria & Albert Museum

Le Victoria and Albert est un musée prodigieux de par la richesse de sa collection et les itinéraires dans l'histoire qu'il offre: périods rooms qui récapitulent presque un millénaire d'art décoratif anglais, salles thématiques qui explorent de manière exhaustive les matériaux et leurs techniques (ferronnerie, céramique, verre, ivoire, argent...), perspectives sur les arts extra-européens... On y passe des heures enthousiasmantes, et il faudrait de longs paragraphes pour tout décrire en détail.
Je m'arrêterai juste sur deux moments précieux, où de manières très différentes le sentiment de l'espace à surgit, à l'improviste. L'espace? Ce lieu et ce temps que colorent particulièrement une vision, une présence, une intention. Je pense en effet que la qualité est d'abord issue d'une détermination puissante et concentrée, puis d'une capacité à la rendre par la technique, l'art, au sens de "savoir faire".
Au département des arts d'orient, je me suis arrêté devant un mirab ottoman (niche de mosquée indiquant la direction de la Mecque) pour en savourer - il n'y a pas d'autres mots - la délicatesse du jeu entre les courbes et les contre courbes. Je ne sais pas pourquoi je trouve cela suave, peut-être à cause de la plénitude de ces formes et de leur rondeur, de leur générosité maitrisée par un tracé simple et tendu. Du fait aussi de ces céramiques bleues et brillantes, matière douce qui accompagne si bien ces lignes ...  
Le Victoria & Albert a été originellement fondé comme une sorte de centre documentaire où les designers puisaient leur inspiration pour de créer les produits que demandait l'industrie manufacturière anglaise. La salle des moulages regroupe dans un entassement invraisemblable des exemples fameux de sculptures monumentales européennes. L'accumulation et le hors d'échelle de certains objets par rapport à la salle (la colonne trajane entière mais en deux morceaux!) produisent un effet saisissant. Et l'expérience est unique de pouvoir ainsi marcher dans le touffu de notre histoire. C'est cela aussi qui produit, ici, de l'espace. L'espace: quand l'architecture devient un évènement.







Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire