jeudi 31 juillet 2014

L’opéra, un art contemporain

A la lecture des précédents billets renvoyant à l’histoire du théâtre et de l’Opéra, des conventions et de la culture lyrique, il est légitime de se demander en quoi cet art peut traduire l’expérience contemporaine et contribuer à la penser.
Si certaines maisons d’Opéra ont des programmations s’appuyant exclusivement sur les œuvres du répertoire (en gros, issues de la seconde moitié du XIXeS + Mozart) et destinées à un public assez conventionnel, d’autres maison font bouger les lignes. En particulier la Monnaie/de Munt à Bruxelles ou l’Opéra de Lille dont les publics sont ouverts, disponibles et même désireux de découvertes.
Cela aujourd’hui ne se limite plus aux relectures contemporaines d’œuvres anciennes par des metteurs en scène qui parviennent ainsi à rendre les histoires crédibles et pouvant même encore nous concerner. L’ouverture du répertoire aux œuvres composées au XXe S et des créations contemporaines portent à la scène des récits autrement plus impliquants.
Les programmes de la prochaine saison à Bruxelles et Lille sont à ce titre remarquables, avec pour chacun quasi exclusivement des raretés et 3 à 4 créations. On ne peut manquer de voir une sorte d’ « âge d’or » de l’Opéra quant on considère le nombre d’ouvrages de Rossini, Donizetti et Bellini crées au San Carlo de Naples entre 1810 et 1830, puis de Verdi et Puccini à la Scala de Milan entre 1870 et 1900 environ. On ne peut manquer de penser, à partager la politique artistique de Peter de Caluwe (Bruxelles) et Caroline Sorrier (Lille), que nous ne sommes plus en reste par rapport aux grandes époques précédentes. L’histoire continue à s’écrire, en lettres d’aventure.

A Bruxelles : Jacob Lenz, Penthelisea, le vin herbé
A Lille : Le journal d’un disparu, Matsukase, Le Petit Prince, Solaris, Le Balcon
A Gent et Anvers : Akhenaton et le festival Opera XXI
Soit pour l’Euro-région 12 créations ou oeuvres récentes sur 24 spectacles environ (dont le quart sont de plus des oeuvres très rarement données).





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire