jeudi 31 juillet 2014

Mantova

A la fin de la Renaissance, vers les années 1520-1560, Mantoue est le foyer d’une intense activité artistique autour d’un mouvement que l’on appellera plus tard le maniérisme. Le temps de l’idéalisme du quattrocento est passé, l’époque est davantage inquiète : instabilité politique, querelles religieuses, crises économique et sanitaire… L’art et l’architecture  s’en font l’écho, et de manière parfois contradictoire. En architecture, Giulio Romano invente un style assez expressif fait de bossages et de modénatures et crée les palais comme s’il s’agissait de grottes: les Palazzo Ducale et Palazzo Te à Mantoue, Palazzo Giardino à Sabbioneta reconstruisent une nature maitrisée par la géométrie. A l’intérieur la débauche de couleurs, de personnages, d’ornements peints est à peine croyable. Rugosité extérieure, somptuosité intérieure, et entre les deux des loggias, des plans d’eau ou des jardins suspendus, l’ombre des recoins, le silence. Tout témoigne d’un art de vivre comparable dans son raffinement de ce qu’en laissent deviner l’Alhambra ou Topkapi. Ce tout de suavité laisse un souvenir indélébile.

Giulio Romano et Giovan Baptista Bertani: détail de la façade "alla rustica" du Cortile della Cavallerizza, palazzo Ducale,1556

Giulio Romano, Palazzo Te, construit entre 1525 et 1535 (décoration intérieure). Salle de Jupiter et Psyché. 

Giulio Romano, Palazzo Te. La salle des vents

Giulio Romano, Palazzo Te. La loggia ouvrant sur le jardin

Giulio Romano, Palazzo Te. La façade sur le jardin



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire