lundi 10 novembre 2014

Jean Siméon Chardin, le bénédicité

L’obscurité est douce ce soir
nous sommes ensemble
nous nous regardons
C’est très simple c’est l’unité
nous trois
présence attentive
tout à cessé reste partager

la soupe est fumante ça sent bon
il y aura
une becquée pour l’écoute une pour pâtir
une pour les questions une pour les réponses
une pour l’accueil une pour l’amitié la vie
une pour se donner une pour se recevoir
une pour comprendre une pour le mystère
une pour tout une pour rien
            becquée cadeau parfait
quelque chose de limpide comme
si c’était

moi je suis là
je ne comprends pas trop
pas tout
            mais je suis d’accord

je pressens que c’est l’amour de Dieu

Jean-Siméon Chardin (1699-1779), Le Bénédicité – 2de version. Vers 1741. Huile sur toile 49.5 x 41 cm. Paris, Musée du Louvre


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire