mardi 20 janvier 2015

"Je préfère mourir debout que vivre à genoux" - 3

Mettre une bombe sous chaque mot, c’est ainsi qu’on déclenche une guerre civile.

Un article de Jacques Drillon, paru dans l’Observateur, lundi 19 janvier 2015.

Etait-ce dans «Libé»? «Le Monde»? Au cours d’un reportage dans un collège, un de ceux que la presse a publiés sur les «anti-Charlie», le journaliste raconte que le professeur, avant de l’introduire dans la classe, le prévient: «Faites attention aux mots que vous employez. Ne dites pas “attentat”, ni “terroriste”.» On pense aussitôt: il a peur de ses élèves, il a peur de les choquer, c’est lamentable. Pas du tout. Il explique: «Ce sont des mots positifs, pour eux, des mots héroïques.»
Tout est dans la connotation. Le sens permanent du mot, son sens objectif, sa «dénotation», n’ont plus d’importance. Voilà le but du totalitarisme : supprimer la dénotation, au profit de la connotation. Vieille histoire, vieil attentat contre le vocabulaire. Déjà, sous l’Occupation, les Allemands appelaient les Résistants des«terroristes». Lorsque tout est dans la connotation, le raisonnement devient impossible, la communication faussée, et l’exact se confond avec l’erroné.
Les têtes pensantes de l’islamisme l’ont très bien compris. Ils ont mis une bombe sous chaque mot du vocabulaire. C’est ainsi qu’on déclenche une guerre civile. La dernière Une de Charlie Hebdo est «raciste», a dit l’un d’eux. Entretenir la confusion entre anti-islamisme et racisme, voilà un bon exemple de connotation chargée de l’emporter sur la dénotation, voilà un mot prêt à exploser. En sorte qu’un collégien a pu dire: «Les racistes du PSG, c’est que des juifs.» Il n’avait que «cinq cents mots de vocabulaire», disait un autre professeur, et les voilà pervertis. Que lui reste-t-il? Il ne peut plus rien dire, plus rien penser. Il ne peut que prendre les armes.
Comment décrire ce qui se passe dans la tête d’un enfant qui ne peut plus rien dire parce qu’il ne peut plus rien comprendre? Il n’est pas un  imbécile. Il peut l’être, mais pas forcément. Il est en état de carence. Et on ne peut même pas le lui expliquer, parce qu’on n’a pas de mot pour ça; et que, l’aurait-on, il ne le comprendrait pas. En français, on manque de substantifs, parfois. On ne met pas aussi librement que les Anglais « ship»ou «-ness» à la fin d’un adjectif, d’une expression. Il faudrait en trouver un pour «ne comprend rien», un autre pour «ne comprend plus rien».
On n’avait pas de mot non plus pour décrire la résistance à l’intégrisme, au terrorisme religieux. Quelqu’un a trouvé le mot Charlie. Nom et adjectif à la fois. On a dit, on dit, on dira: «Je suis Charlie». Ne nous y trompons pas: sitôt né, le mot Charlie a été piégé, comme les autres. Les connotations qu’on a mises dessous le feront exploser, comme les autres. Le journaliste du Monde.fr Hervé Le Tellier a remarqué: “Insulte à l’islam”: un blogueur saoudien condamné à 1000 coups de fouet, 10 ans de prison, 266.000€ d’amende. le 9 janvier, il recevait 50 coups. Le 11, le ministre saoudien manifestait à Paris. On peut donc être Charlie et charia.
Bien sûr qu’on peut. C’est même l’enfance de l’art. Ce qu’on a appelé l’amalgame, à propos de l’islam et de l’islamisme, cela fait longtemps qu’il est fait, qu’il a soigneusement été fait par ceux qui y ont intérêt. L’amalgame, la confusion, sont ses armes premières. Ce n’est pas Voltaire qu’il faut appeler au secours, parce que Voltaire n’est plus qu’un boulevard; c’est Littré. Il y aura un charlisme, on tuera au nom du charlisme, car nous avons perdu la bataille du langage.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire