lundi 9 mars 2015

« Raum, Musik, Mensch » (l'espace, la musique, l'Homme) - L'Acoustique de la Philharmonie de Berlin (5)

Beethoven, concerto pour violon & symphonie n°6 "pastorale". Isabelle Faust, violon. Bernard Haitink direction. Jeudi 5 mars 2015

Finalement, autant le dire: j'ai été tout d'abord déçu de l'acoustique de la Philharmonie de Berlin. Je m'attendais à une fête pour les oreilles, comparable à ce que j'ai vécu à chaque fois dans la salle du Rudolfinum de Prague. Le son y est léger, clair, quasi transparent. On découvre à ce moment-là que l'on à des oreilles, c'est incroyable. Déçu donc, d'abord, ou surpris, pour ensuite comprendre; Car c'est bien d'une compréhension dont il s'agit. Le son de la Philharmonie est assez grave, analytique sans être froid. On entend tout parfaitement, mais sans éclat superflu. Une acoustique finalement très sobre, qui ne s'entend pas pour elle-même. Il y aurait donc comme une sorte de "retrait" d'une personnalité, pour donner la seule et unique place à l'orchestre et le son de la musique. Cette sobriété, cette non-sensualité qui a renoncé à bien des séductions est finalement admirable. Il me semble qu'il y a là une clé de compréhension, et très profonde, de ce bâtiment si convaincu, si généreux. Là, bien présent, et qui dans le même mouvement laisse la place aux gens, à la musique...




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire