dimanche 8 mars 2015

Deux chemins possibles (Hans Scharoun - 4)

Régularité et irrégularité, deux itinéraires pour produire le signe.
La régularité, manière la plus partagée. L’épure du trait en est le point focal. C’est ainsi que le classicisme à produit ses plus grands chef d’œuvre – pour n’en citer que deux, le Grand Trianon de Versailles et la Villa Katsura à Kyoto, juste pour dire que cette attitude n’est pas le propre de l’Occident. On peut atteindre à la transparence de la simplicité, et accéder à une authentique forme de liberté. Manière finalement traditionnelle de faire.
L’irrégularité, le spontané, est plus difficile. Le chemin est davantage périlleux car on peut vite sombrer dans les effets pervers de la gratuité, de la superficialité, de l’insensé. Au fondement, le don généreux, gratuit et finalement très réfléchi produit du sens. C’est l’épure du cœur qu’il faut alors travailler, bien davantage que l’économie de moyen. Une fluidité intérieure, qui est bien plus qu’une clarté.

7 mars
Décidément, ça me travaille…
Régularité vs irrégularité. Soit. Mais il y a là quelque chose de trop théorique, une expression trop sentimentale aussi quelque part, et cette architecture est si tangible, si nette. 
Au fond du rez-de-chaussée de la Staatsbibliotek, un passage à droite mène à l’Institut Ibéro-Américain. Un passage, puis un petit hall qui dessert un auditorium, quelques escaliers organisés « à la Scharoun ». Effet de style ? A y regarder de près, je ne le crois pas - et peut-être faut-il aussi un petit endroit pour ne plus se laisser submerger par l’élan génial, et pouvoir regarder avec plus d’acuité. Un escalier ou emmarchement par entrée, des volées pas trop longues, on devine que ce fut l’imagination - la visualisation - des flux qui a produit le dispositif. On sait combien la dynamique des fluides est une science complexe. Ici, il en résulte une architecture ayant intégré ce point fondamental d’indétermination qu’est le mouvement des corps. L’irrégularité comme esthétique pourrait trouver là son explication rationnelle, ou plutôt : un possible point de départ. Il y aurait donc une base cohérente à ce travail d’architecture. Je pose ainsi l’hypothèse qu’elle est dans ce regard-là, qui génère toute la suite, y compris ces éléments structurels qui semblent parfois si irrationnels. Mais la structure définie par le mouvement, et non plus la résistance mécanique, voilà qui me plait bien…


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire