lundi 18 mai 2015

Krol Roger, de Karol Szymanowski

Royal Opera House Covent garden, London. Samedi 16 mai `

Belle figure que celle du Roi Roger, Krol Roger, et étrange histoire : celle d’un homme qui va frayer son chemin entre usure du pouvoir, lassitude amoureuse et appel à une vie libérée de toute contrainte. Pris entre son conseiller, son épouse délaissée  et un « berger », sorte de gourou sensuel et extatique, Roger saura trouver sa liberté intérieure en un juste équilibre entre l’autorité que donne le pouvoir et la force de n’avoir pas cédé à la facilité. 
Sur cette thématique de la vie spirituelle, le compositeur polonais Karol Szymanowski a écrit dans les années vingt une musique fascinante de langueurs, d’étrangetés, d’hésitations, de subtilités orchestrales. Rarement l’art lyrique aura connu une musique qui exprime si explicitement une telle palette d’émotions. Œuvre rare, et méconnue, mais qui commence enfin à entrer au répertoire des grandes maisons d’opéra. Non sans raison, tant elle parle, et avec humanité, des choix complexes que la vie nous commande de faire.
Lu dans le programme: « Le philosophe Slavoj Zizek a suggéré que la dissolution des certitudes externes - les religions, les lois morales et les traditions (« la perte du grand Autre ») - a conduit à une crise dans laquelle nous cherchons désespérément des remplacements en nous-mêmes à l'autorité perdue du passé. Ainsi, le dilemme existentiel à travers lequel le roi Roger vit en notre nom n’est plus l’apanage des rois - il est la tension dont nous avons tous l'expérience entre l'individu et «l'autre», entre nos propres vies et celles des autres, entre la volonté de puissance et la volonté de vie. »


King Roger (Krol Roger),  is a beautiful figure and strange story of a man that will make its way from erosion of power, love-weariness and call to a life free from coercion. Caught between his adviser, his neglected wife and a "shepherd", a kind of sensual, ecstatic but dictatorial guru, Roger will find its inner freedom. By balancing the authority that gives power and strength to not having given in to ease.
On this theme of spiritual life, the Polish composer Karol Szymanowski wrote in the twenties a fascinating music, with languor, oddities, hesitations, orchestral subtleties. Rarely Opera have known music that expresses explicitly such a range of emotions. Rare work and little known, King Roger begins to enter the repertoire of major opera houses. Not without reason, as it speaks, humanely, of complex choices that life requires us to make.
Read in the programm booklet : « Philosopher Slavoj Zizek has suggested that the breakdown of external certainties – that is, of agreed religions, moral laws and traditions (« the loss of the big Other »)- has led to a crisis in which we desperately seek replacements in ourselves for the lost authority of the past. Thus the existential dilemna through which King Roger lives on our behalf is in fact not merely the realm of kings – it is the tension we all experience between the individual and the « other », between our own lives and the lives of others, the will to power and the will to life. »

Le trailer est ici
Le spectacle est visible en intégralité jusqu'au 17 novembre 2015 sur the opera plateform


Mariusz Kwiecien dans le rôle du Roi Roger, Georgia jarman dans celui de la reine Roxane. Mise en scène Kasper Holten.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire